Vous êtes ici : Actualités > Fêtes & évènements > Compte-rendu de la réunion d'information sur la mouche de l'olive et sur les différents moyens de lutte

information sur la mouche de l'olive et sur les procédés de lutte contre cette dernière

Compte-rendu de la réunion d'information sur la mouche de l'olive et sur les différents moyens de lutte

Publié le 21/07/2015 15:44 - 0 commentaire(s)
Tags :

 

 

La Mouche de l’olive - Application de barrières minérales

Compte-rendu

 

SIOVB – Ancienne Ecole – Vallon de la Fontaine – 13520 LES BAUX DE PROVENCE Tél : 04.90.54.38.42 – Fax : 04.84.25.32.88 n.serra-tosio@siovb.com – Mob : 06.07.33.04.86 http://extranet.siovb.com et http://www.aoc-lesbauxdeprovence.com

1.2 LA MOUCHE DE L’OLIVE : QUELS MOYENS DE LUTTE ?

Il existe une panoplie de moyens pour lutter contre la Mouche de l’olive : certains sont accessibles sans certiphyto, certains sont utilisables en agriculture biologique, … Il peut être intéressant de mixer plusieurs solutions.

A- Les barrières minérales

L’application de barrières minérales est un moyen de lutte intéressant contre la mouche de l’olive : efficace s’il est bien appliqué, méthode respectueuse de l’environnement, des produits sont accessibles aux oléiculteurs amateurs.

Le principe est de créer une barrière physique sur l’olive afin d’éviter que la mouche ne s’y pose pour pondre. Les spécialités homologuées pour lutter contre la mouche de l’olive sont :

Kaolin 100% : Sokalciarbo WP, Baïkal WP

Kaolin 99% : Argical Pro, Argi Nature, Argi Jardin, Fructifia

D’autres produits sont proposés sur la marché, sans avoir d’homologation comme produit de lutte contre la mouche de l’olive, mais comme barrière minérale. Ils sont utilisables par les amateurs (sans certiphyto). Il s’agit du kaolin (Baraka : identique au Sokalciarbo, mais en gamme jardin), du talc (Invelop), du carbonate de calcium (Calciamu), de l’argile verte de Velay.

Pour en savoir plus : site de l’AFIDOL

Application des barrières minérales : cf page compte-rendu de la démonstration

B- Les insecticides préventifs

Ils n’agissent que sur les mouches adultes : si les mouches ont déjà pondu, il est trop tard pour intervenir. Leur efficacité est donc assujettie à la surveillance des vols de mouches. Le SIOVB dispose d’un réseau de surveillance de la mouche sur le territoire de l’AOP Vallée des Baux de Provence. Vous pouvez, en temps réel connaître la situation des vols de mouche en vous connectant sur : le site de l’AFIDOL à la rubrique Gestolive. Vous pouvez aussi disposer dans votre parcelle d’oliviers un piège dont vous comptabilisez les captures deux fois par semaine. Ces insecticides sont à appliquer au pic des captures de mouches dans les pièges. Les spécialités homologuées pour lutter contre la mouche de l’olive sont les suivantes :

Spinosad (Synéis Appât) : gamme professionnelle, utilisable en agriculture biologique

Deltaméthrine : à appliquer dès que le nombre de captures augmente. Son efficacité est assez limitée. Plusieurs spécialités en gamme professionnelle, une en gamme jardin : le Décis Jardin

Lambda-Cyhalothrine : à appliquer au pic des captures, réservé aux détenteurs du Certiphyto.

SIOVB – Ancienne Ecole – Vallon de la Fontaine – 13520 LES BAUX DE PROVENCE Tél : 04.90.54.38.42 – Fax : 04.84.25.32.88 n.serra-tosio@siovb.com – Mob : 06.07.33.04.86 http://extranet.siovb.com et http://www.aoc-lesbauxdeprovence.com

 

C- Le piégeage massif

Le principe est simple : capturer le maximum de mouches pour limiter la pression sur la parcelle et donc les dégâts sur la récolte. Ce procédé n’est envisageable que sur des parcelles assez grandes et assez isolées et dans une situation de faible pression mouche : sinon, l’effet attractif sera trop important par rapport à la capacité d’élimination des mouches, et les piqures sur olives ne seraient pas évitées.

Deux possibilités :

Viotrap : système de piégeage massif homologué contre la mouche de l’olive, utilisable en agriculture biologique

Piège « maison » : bouteille plastique, percée sur le haut, remplie à demi d’une solution de phosphate di-ammonique (40 g/litre).

Pour en savoir plus : site de l’AFIDOL

D- Les insecticides curatifs

Réservés aux professionnels et peu respectueux de la faune auxiliaire, ces produits systémiques sont utilisables en situation de rattrapage, si la mouche a déjà pondu dans l’olive. Non utilisables, bien entendu en agriculture biologique, ces produits ne sont pas satisfaisants sur le plan environnemental, et sont plutôt à réserver quand les autres stratégies ont échoué.

Les spécialités homologuées pour lutter contre la mouche de l’olive sont les suivantes :

Diméthoate (ex : Rogor) –2 applications maxi– délai emploi avant récolte = 28 jours

Thiachlopride (ex : Calypso) – 2 applications maxi –délai emploi avant réc = 14 jours

Phosmet (ex : Imidan) -2 applications maxi – délai emploi avant récolte = 28 jours

Pour en savoir plus : site de l’AFIDOL

E- La récolte précoce

Il est parfois intéressant de devancer la récolte pour éviter une application : explications complète sur : récolte précoce

SIOVB – Ancienne Ecole – Vallon de la Fontaine – 13520 LES BAUX DE PROVENCE Tél : 04.90.54.38.42 – Fax : 04.84.25.32.88 n.serra-tosio@siovb.com – Mob : 06.07.33.04.86 http://extranet.siovb.com et http://www.aoc-lesbauxdeprovence.com

Application de barrières physiques contre la Mouche de l’olive

Compte-rendu de la démonstration d’application d’argile du 11 juin 2015 – Gérald Cathala, Nathalie Serra-Tosio (SIOVB)

Le 11 juin 2015, Gérald Cathala, producteurs d’olives AOP de la Vallée des Baux de Provence, nous accueillait sur le Domaine de la Plantade à Fontvieille, pour nous faire partager son expérience d’utilisation d’argile comme moyen de lutte contre la mouche de l’olive.

L’efficacité des barrières minérales contre les dégâts de la mouche de l’olive ne sont plus à démontrer. En revanche, la qualité de l’application est fondamentale pour que la barrière fonctionne.

Le principe reposant sur un système de barrière empêchant la mouche de pondre, il faut que la protection soit sans faille : la frondaison doit être couverte intégralement depuis le stade de réceptivité de l’olive (longueur du fruit = 8 mm) jusqu’à la récolte. Ces barrières étant soumises au climat (vent, pluie), il faudra les renouveler en cas de lessivage, frottement suite à fort mistral, grossissement du fruit, etc … En année climatique normale (période estivale sèche), on prévoit environ 4 à 6 applications.

1. Application sur grande surface avec un pulvérisateur tracté

Voici en résumé ce que nous avons vu lors de la démonstration :

Le producteur nous fait part de son expérience :

L’application doit se faire par temps calme (pas de vent) et pas trop chaud ; pour sa part, il intervient aux premières heures du matin.

La quantité d’eau nécessaire pour couvrir un hectare de son verger est de 600 litres. Pour la première application d’argile, il utilise 50 kg/ha, et y ajoute 2 litres d’adjuvant (à base de Terpène).

La préparation de la bouillie est importante : après avoir rempli la quantité d’eau nécessaire dans le pulvérisateur, et mis en marche l’agitation (qui restera en marche tout au long du traitement), il verse progressivement l’argile dans le panier, et effectue l’application.

Il utilise un pulvérisateur tracté réglé ainsi : 3.5 km/h, 12 bars de pression, buses à turbulence, de débit plus important pour les buses du haut.

Bien entendu, les réglages seront différents en fonction du matériel de chacun, de la taille des arbres, etc … A retenir : utiliser la quantité d’eau nécessaire pour effectuer une pulvérisation totale de la frondaison, sans arriver au ruissellement. Y ajouter la quantité de produit préconisée, en respectant une concentration comprise entre 4 et 8% (pas en dessous de 3% ni au dessus de 10%), et travailler à pression limitée (10-12 bars).

Bien rincer après le traitement.

Informations complètes sur le site de l’AFIDOL

SIOVB – Ancienne Ecole – Vallon de la Fontaine – 13520 LES BAUX DE PROVENCE Tél : 04.90.54.38.42 – Fax : 04.84.25.32.88 n.serra-tosio@siovb.com – Mob : 06.07.33.04.86 http://extranet.siovb.com et http://www.aoc-lesbauxdeprovence.com

 

2. Application sur de petites surfaces avec un pulvérisateur à dos

Nous avons vu que selon la taille des arbres et la matériel utilisé, la quantité d’eau et de produit à utiliser varient.

Le principe est le pulvériser le maximum de fines gouttelettes sur toute la frondaison, sans arriver au point de ruissellement, qui provoquerait une perte de produit par terre.

?

Quantité d’eau nécessaire : en fonction du matériel et de la taille des arbres

pulvérisateurs

Pulvérisateur

 

 

: une pompe met en pression le liquide (par l’action d’un levier à main ou électrique) qui est pulvérisé par une buse.

Selon la taille de l’arbre, il faut 2 à 5 litres de bouillie pour le couvrir.

atomiseur

Atomiseur :

 

 

un ventilateur entraîné par un moteur thermique projette le liquide dans une tuyère.

1 à 2.5 litres par arbre selon la taille de l’arbre

?

Quantité d’argile nécessaire : en fonction de la taille des arbres

La quantité d’argile nécessaire sera de 100 à 200 g/arbre en fonction de la taille des arbres.

?

Concentration à respecter

Lorsque vous avez ces deux paramètres, vous vérifiez que vous obtenez une concentration comprise entre 4 et 8-10% maximum.

Ex : arbres moyens, pulvérisateur à dos : 2 litres par arbre, 100 gr d’argile : concentration = 5%

Pour le premier traitement, faites deux applications à quelques heures d’intervalle ou une seule à 8%.

Pulv2riser en prenant soin de faire de fines gouttelettes, sur toute la frondaison.

SIOVB – Ancienne Ecole – Vallon de la Fontaine – 13520 LES BAUX DE PROVENCE Tél : 04.90.54.38.42 – Fax : 04.84.25.32.88 n.serra-tosio@siovb.com – Mob : 06.07.33.04.86 http://extranet.siovb.com et http://www.aoc-lesbauxdeprovence.com

 


Partagez cet article

Share |

Sur le même thème