Vous êtes ici : Espace presse > "Le Bistrot de la Petite France" au Paradou : "Ce sont les Alpilles et l'union des hommes qui ont fait ce terroir"

"Le Bistrot de la Petite France" au Paradou : "Ce sont les Alpilles et l'union des hommes qui ont fait ce terroir"

La Provence

Publié le 12/08/2010 18:37

Le Bistrot de la Petite France au Paradou : Ce sont les Alpilles et l'union des hommes qui ont fait ce terroir

Voilà un homme de cuisine qui vous parlera du petit monde dans lequel il vit, il a évolué, il travaille en mettant en avant une constante : les Alpilles. C'est parce que ce bout de terre odorante et calcaire s'est dessiné modestement des plaines et des montagnes, qu'aujourd'hui à force d'opiniâtreté mais aussi, il faut le reconnaître, d'intelligence dans l'action de l'homme, ce terroir engrange les AOC. "Je tire mon chapeau aux viticulteurs et aux mouliniers. Ils ont su s'adapter. Toutes les grandes choses qui ont été faites dans la Vallée des Baux, ont été faites ensemble : il y a eu le syndicat des oléiculteurs puis des mouliniers et des viticulteurs. Ce n'est pas si évident de se convaincre entre gens du métier pour s'organiser. Et en plus, chacun, côté mouliniers ou vignerons, a su préserver ses variétés et ses cépages."

Jean-Thierry Maffre-Bogé sait en parler avec des mots qui font venir l'envie d'aller se balader à travers ce petit pays si exigeant et si généreux. "En étant ici entre Maussane et Paradou, l'huile d'olive c'est ma culture. J'ai vécu le fameux repas dans la cave de Gourgonnier qui a consacré nos AOC sur ce territoire. L'huile elle est unique car elle n'est pas monovariétale. C'est le dosage des variétés qui va lui donner ses caractéristiques selon le goût du moulinier. Dans les Alpilles, vins et huiles fonctionnent sur un principe commun: la quantité limitée assure la qualité dans la pérennité."

Pour Jean-Thierry, la typicité de l'huile vient du fait qu'elle est réalisée au départ avec des olives de table et cela change tout. "C'est un condiment, elle doit être travaillée comme tel. Je ne ferai pas de frites avec, d'abord parce qu'elle a un coût et parce que cela n'apporterait rien de plus en saveur aux pommes de terre. C'est une huile qui ne demande pas à être agressée. Ce n'est pas en cuisson qu'elle va dégager ses arômes."

Le bistrot de la Petite France, le Paradou
04 90 54 60 22


Partagez cet article

Share |

Sur le même thème

"La Régalido" à Fontvieille : Laissez vous prendre au jeu de la dégustation à cru

La Provence

Publié le 13/08/2010 10:49
La Régalido à Fontvieille : Laissez vous prendre au jeu de la dégustation à cru Jean-Pierre Michel connaît de drôles d'histoires. Elles vous parlent de coq coriace, de maréchal-ferrant, d'Yvan Audouard, de teckel vieillissant, le tout arrosé d'une pointe d'accent et d'un large filet d'huile d'olive évidemment. Le maître de la Régalido est un disciple assidu de l'arbre éternel et de son nectar de fruit aux vertus quasi miraculeuses. Avec passion et le sens du détail qui fait d'un condiment tout un plat, Jean-Pier... Lire la suite >

"La Riboto de Taven" aux Baux de Provence : "Valoriser sa table avec l'huile et le vin, c'est valoriser le terroir"

La Provence - 7 Juillet 2006

Publié le 13/08/2010 10:41
La Riboto de Taven aux Baux de Provence : Valoriser sa table avec l'huile et le vin, c'est valoriser le terroir Sur la grande table de pierre léchée par l'ombre chantante des pins, une pleine cagette de fleurs de courgette jaune vif attend sa "noce" en cuisine. Jean-Pierre Novi lui a réservé un mariage de goût subtil avec la bénédiction sacrée pour le palais, de l'huile d'olive. Dans cet hôtel de famille précieux et convivial, pas un seul repas n'est servi sans un préambule prémédité : la dégustation ... Lire la suite >

"L'Oustau de Baumanière" aux Baux : Le mariage parfait entre huile et dessert

La Provence

Publié le 12/08/2010 18:42
L'Oustau de Baumanière aux Baux : Le mariage parfait entre huile et dessert Sur le zinc du piano du saint des saints, la cuisine de l'Oustau de Baumanière, les bouteilles d'huile d'olive trônent en première ligne, non loin des cuvées de vin maison baptisées "l'Affectif" par le maître des lieux, Jean-André Charial. Posé dans son habit d'argent, rose, tendre et brillante comme une joue de chérubin, une pêche lumineuse, intégralement pochée, coiffée d'un haut de forme de glace &agrav... Lire la suite >